Screenshot5.jpg

DANS LA MARMITE

L’hôpital gériatrique de L’Isle Adam - Parmain, la Fondation Chantepie Mancier, où nous intervenons depuis 7 ans, nous a formulé une demande ambitieuse :

Un court-métrage écrit et interprété par des personnes âgées dépendantes et atteintes de troubles cognitifs (type Alzheimer, Parkinson, DCL, ou DFT), sur leur vie présente.

Nous avons continuellement travaillé en étroite collaboration avec l'équipe médicale, elle-même à l'initiative de ce projet et nous avons la grande joie de vous annoncer que ce que nous avons récolté est allé bien au-delà de nos attentes. Les participants ont été si heureux de prendre la parole, de s'exprimer sur ce sujet qui les concerne - et nous concerne potentiellement tous - de se rendre encore acteurs et témoins utiles... que nous avons trop de contenu.

 

Le projet, que nous envisagions faire entre 4 et 10mn, s'est transformé en un format final de 40mn ! Nous n'avons pas pu sacrifier davantage de précieux contenu. Nous sommes actuellement en finalisation de montage, avec un résultat déjà bouleversant.

 

 

Bientôt le teaser en ligne !

Le projet

Un court-métrage écrit et interprété par des personnes âgées dépendantes, sur leur vie présente.
Il y est question de vieillesse, de maladie, de dépendance, mais aussi de la vie, de vaillance et de joie, de rencontres et de sincérité. Il s’agit de présenter la propre parole des résidents, au travers de leur vieillesse et de ses poly-pathologies.
Nous avons tenté de recueillir leurs points de vue de façon légère, poétique et structurée, sans jamais nous substituer à leur propre parole.
Nous leur avons permis d’exprimer eux-mêmes ce qu’ils vivent de l’intérieur et qui va à l’encontre de ce qu’on en voit, de ce qu’on en dit, ou de ce que la psychiatrie peut en dire. Nous avons voulu saisir tout ce dont nous ne pouvions nous douter de notre point de vue extérieur et nous laisser surprendre, au regard de ce qu’on pourrait en penser.
Chacun de ces objectifs a été réfléchi, défini et partagé par l’équipe médicale comme par l’équipe artistique. Le projet a été présenté tel quel aux participants et a suscité beaucoup d’enthousiasme.

Objectifs et processus

Objectifs :

  • A travers la captation vidéo de sa propre image, apprendre à redécouvrir et à revendiquer son identité et sa dignité.

  • Solliciter les ressources cognitives utiles à la pratique théâtrale : le corps, le langage, l'écoute, l'imagination, la créativité et le courage. Faire résonner la mémoire affective, intellectuelle et physique. Créer du lien entre les résidents, leur permettre de se retrouver en tant qu'individus, dans une intimité inédite, joyeuse et chaleureuse.

  • Surprendre le personnel médical du secteur gériatrique, toutes professions confondues. L’inviter à se questionner, hors de son quotidien et de ses habitudes professionnelles. Pouvoir lui faire entendre un point de vue auquel il ne s’attendait pas.

  • Contredire le constat médical à caractère irréversible diagnostiqué en tant que « maladie de la relation » et entendre l’individu qui subsiste au-delà.

  • Faire découvrir cette parole inattendue aux soignants en cours de formation, pour mieux saisir l’ensemble des enjeux de la vie en EHPAD.

  • Surprendre les familles, les aider à mieux comprendre le ressenti de leurs proches face à cette nouvelle situation sociale et médicale.

  • S’adresser enfin aussi à tout public extérieur et rendre chacun concerné par la situation.


Processus :

  • Travail de recueil de matériau sonore. Libération de la parole, encouragement de l’expression au sein des séances de travail avec les résidents, grâce aux exercices théâtraux. Découverte de l’endroit de fiction ou de témoignage où la vérité peut se révéler. Les séances au sein de l’établissement étant réparties de façon mensuelle, cette collecte collective s'est faite sur plusieurs mois.

  • Le travail de prise de vue a nécessité une longue préparation, en parallèle à la collecte de paroles. Situations d’illustrations et de mises en scène, de mises en situations.